Accueil François Chaignaud et Nino Laisné ROMANCES INCIERTOS, UN AUTRE ORLANDO

François Chaignaud et Nino Laisné
ROMANCES INCIERTOS, UN AUTRE ORLANDO

François Chaignaud et Nino Laisné

+ En savoir plus sur l'artiste

Partager

  • Spectacle vivant
  • 1h10
  • Grand Sud

ROMANCES INCIERTOS, UN AUTRE ORLANDO

Une splendide épopée musicale et chorégraphique, portée par des musiciens d’exceptions et interprétée magistralement par François Chaignaud, qui nous fait traverser les siècles et les styles sur les traces de grandes figures androgynes.

Voyage musical autant que chorégraphique, Romances inciertos, un autre Orlando puise dans les musiques espagnoles de tradition des XVIe et XVIIe siècles pour mettre en scène de savantes métamorphoses et donner à voir la renaissance de « personnages qui n’ont d’autre choix que de transformer le réel à la mesure de leur désir ». Tel l’Orlando de Virginia Woolf, François Chaignaud endosse des identités diverses : une jeune fille déguisée en soldat, la figure de San Miguel troublante d’androgynie ou la Tarara à la personnalité complexe et sulfureuse. Les musiciens l’accompagnent avec une rare délicatesse sur théorbe, viole de gambe, bandonéon ou guitare baroque. Cette création fascine par son audace à nous promener entre tradition et (post-)modernité.

Biographie(s)

François Chaignaud 

Diplômé en 2003 du Conservatoire national supérieur de danse de Paris, François Chaignaud a collaboré avec plusieurs chorégraphes. Depuis He’s One that Goes to Sea for Nothing but to Make him sick (2004) jusqu’à Думи мої (2013), il crée des performances dans lesquelles s’articulent danses et chants, dans les lieux les plus divers, à la croisée de différentes inspirations. Également historien, il a publié aux PUR L’Affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1898-1905). Cette curiosité historique le conduit à initier des collaborations diverses, notamment avec l’artiste Marie Caroline Hominal (Duchesses, 2009 et l’artiste Théo Mercier (Radio Vinci Park, 2016). 

Depuis 2005, un dialogue soutenu entre François Chaignaud et Cecilia Bengolea donne vie à des œuvres hétéroclites, présentées dans le monde entier. Ensemble, ils créent Pâquerette (2005-2008), Sylphides (2009), Castor et Pollux (2010), Danses Libres (2010), (M)imosa (2011), Altered Natives Say yes To Another Excess – Twerk (2012), Dub Love (2013), How slow the Wind, pour les danseurs de l’Opéra de Lyon (2014), Devoted, pour les danseurs du Ballet de Lorraine (2015), Dancehall Polyphony, pour les danseurs la compagnie Tanztheater Wuppertal de Pina Bausch (2015) et DFS (2016). 

À l’occasion de La Bâtie-Festival de Genève 2017 François Chaignaud crée en collaboration avec l’artiste Nino Laisné Romances inciertos, un autre Orlando, spectacle autour des motifs de l’ambiguïté de genre présenté lors de la 72ème édition du festival d’Avignon. En mai 2018 il crée également Soufflette, une pièce pour le Ballet Carte Blanche (Norvège). En mai 2019 a eu lieu au Kunstenfestivaldesarts la première représentation de Symphonia Harmoniæ Cælesitum Revelationum, une recherche autour du répertoire d’Hildegarde de Bingen en collaboration avec Marie-Pierre Brébant. Pour ses futurs projets, François Chaignaud collaborera notamment avec Akaji Maro, et des ensembles musicaux tels que Les Cris de Paris et l’orchestre Les Siècles.

François Chaignaud est artiste associé à Bonlieu Scène nationale Annecy 

Nino Laisné

Diplômé en 2009 de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux où il s’est spécialisé en photographie et vidéo, Nino Laisné s’est également formé aux musiques traditionnelles sud-américaines auprès du guitariste Miguel Garau. C’est durant cette période qu’émerge l’envie d’allier cinéma, musique et art contemporain. Dès 2010, avec Os convidados, ses images deviennent sonores et évoquent des chants traditionnels. En 2013, son film En présence (piedad silenciosa) cristallise l’équilibre entre une écriture visuelle et une écriture musicale, autour de réminiscences religieuses dans le folklore vénézuélien. Cette réalisation signe aussi le début d’une collaboration fructueuse avec les musiciens Daniel et Pablo Zapico qu’il retrouvera régulièrement autour de partitions anciennes. Avec Folk Songs (2014) et Esas lágrimas son pocas (2015) il s’intéresse aux traditions orales lorsqu’elles sont soumises au déracinement. 

Ses projets l’ont amené à exposer dans de nombreux pays tel le Portugal, l’Allemagne, la Suisse, l’Égypte, la Chine ou encore l’Argentine. Il est régulièrement invité à produire de nouvelles pièces lors de résidences de création (Casa de Velázquez – Académie de France à Madrid, FRAC Franche-Comté, Park in Progress à Chypre et en Espagne, Pollen à Monflanquin). Ses réalisations vidéo sont également présentées dans des salles de cinéma et festivals, dont le FID Marseille, la FIAC Paris, le Papay Gyro Nights Festival de Hong Kong, le Festival Internacional de Cinéma de Toluca et le Festival Periferias de Huesca. 

En 2017, il crée le spectacle Romances inciertos, un autre Orlando, fruit de sa rencontre avec François Chaignaud, qu’ils présentent notamment au 72ème Festival d’Avignon. En 2018, le tandem tourne Mourn, O Nature!, un film court pour une exposition au Grand Palais, inspiré par l’opéra Werther de Jules Massenet. En octobre 2019, pour sa prochaine exposition individuelle au FRAC Franche-Comté, Nino Laisné présentera l’Air des infortunés, un film qui revisite une imposture historique.

Crédits & remerciements

Distribution :

Conception, mise en scène et direction musicale : Nino Laisné

Conception et chorégraphie : François Chaignaud

Danse et chant : François Chaignaud

Bandonéon : Jean-Baptiste Henry

Violes de gambe : François Joubert

Théorbe et guitare baroque : Daniel Zapico

Percussions historiques et traditionnelles : Pere Olivé

Création lumière et régie générale : Anthony Merlaud

Régie générale : Véronique Hemberger

Régisseur son : Charles-Alexandre Englebert

Habilleuse en tournée : Cara Ben Assayag

 Création costumes : Carmen Anaya, Kevin Auger, Séverine Besson, María Ángel

Buesa Pueyo, Caroline Dumoutiers, Pedro García, Carmen Granell, Manuel Guzmán,

Isabel López, María Martinez, Tania Morillo Fernández, Helena Petit, Elena Santiago

Chef peintre : Marie Maresca

Peintre : Fanny Gaudreau

Retouches images : Remy Moulin, Marie B. Schneider

Construction : Christophe Charamond, Emanuel Coelho

Administration – production : Garance Roggero, Jeanne Lefèvre, Léa Le Pichon

Diffusion : Mandorle productions

Diffusion internationale: Apropic – Line Rousseau et Marion Gauvent

Mentions & credits : 

Production déléguée

Mandorle productions & Chambre 415. 

François Chaignaud est artiste associé à Bonlieu Scène nationale Annecy. Nino Laisné est membre de l’Académie de France à Madrid – Casa de Velázquez.

Coproduction

Bonlieu Scène nationale Annecy et La Bâtie – Festival de Genève dans le cadre du soutien FEDER du programme INTERREG France-Suisse 2014-2020, Chaillot – Théâtre national de la Danse, deSingel — Anvers, la Maison de la musique de Nanterre, Arsenal / Cité musicale-Metz.

Soutiens 

Ce projet a reçu le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Spedidam, PACT Zollverein Essen, Tandem Scène nationale Arras-Douai, l’Ayuntamiento de Anguiano – La Rioja, les Pépinières Européennes pour Jeunes Artistes et l’Ayuntamiento de Huesca – Aragon (résidence Park in Progress 12), et a bénéficié d’un accueil studio aux Teatros del canal à Madrid, au Centre national de la danse, à la Ménagerie de verre à Paris (Studiolab) et à El Garaje à Cadíz.

Dates de tournées :

  • 19 et 20 février La Criée marseille (report)
  • 30, 31 et 1er avril Le 104 Paris (report)
  • 7 et 8 mai Darmstadt
  • 28 et 29 mai Milano Triennal
  • 11 et 12 juin Latitudes contemporaines Lille
  • 8-9 juillet Séville festival Italica