Open Latitudes

le projet

Depuis 2008, les partenaires à l’origine du projet Open Latitudes ont engagé des collaborations structurées sur le terrain de la production et de la diffusion européenne de formes scéniques et chorégraphiques contemporaines. Leur motivation était la suivante : depuis le début des années ’90, l’accélération des échanges, des rencontres et mélanges au niveau mondial a appelé un geste artistique global. Dans tous les champs artistiques, les esthétiques ont éclaté et des formes nouvelles sont nées, qui n’ont pas vraiment de ‘nom’ et dont l’existence peine à se faire reconnaître dans les circuits habituels des arts de la scène. Vue à partir du champ de la danse, cette évolution renvoie à la nécessité de questionner les modes de production, de création et d’accompagnement de ces expressions hybrides.

En 2010, deux constats forts sont tirés par ces partenaires. Le premier touche à l’évolution du secteur de la danse contemporaine elle-même, dans lequel un aspect générationnel tend à émerger et à renforcer encore plus la notion interdisciplinaire qui sous-tend leur collaboration. Ce projet tend ainsi explicitement vers le soutien à une jeune génération d’artistes. Le second renvoie à l’existence même en tant que réseau : nos objectifs restent tout à fait actuels et inaccomplis au regard des besoins du secteur artistique concerné et des besoins de temps, de diffusion élargie et de travail en profondeur que manifestent les artistes suivis et soutenus par le réseau. Le travail doit être poursuivi car les formes scéniques défendues ici ont besoin de temps pour se développer, de moyens financiers supplémentaires pour être produits, d’espaces pour être montés et montrés.

Depuis 2013, en considérant la crise économique européenne conjuguée par la baisse générale des financements publics culturels, Open Latitudes (3) poursuit son travail de mutualisation et de mise en réseau pour une durée de quatre ans avec deux nouveaux partenaires particulièrement touchés par ce contexte : la Grèce et le Portugal.

Concrètement, Open Latitudes vise à :

Soutenir la création contemporaine transdisciplinaire
Favoriser le développement des nouvelles formes artistiques issues de l’hybridation des arts de la scène
Renforcer la diffusion de ces œuvres culturelles
Soutenir et densifier la collaboration entre les lieux qui défendent les arts scéniques hybrides
Densifier et multiplier les liens établis avec les publics européens
Favoriser les rencontres artistiques autour des arts hybrides, notamment auprès des jeunes en phase de professionnalisation, des artistes locaux et régionaux.
Donner visibilité et reconnaissance culturelle aux formes scéniques hybrides
Faire circuler l’information et la réflexion critique au sujet de l’hybridation des arts de la scène

les partenaires

Vooruit Kunstencentrum à Gand (Belgique)
Cialo Umysl Foundation à Varsovie (Pologne)
Teatro delle Moire / Danae Festival à Milan (Italie)
Sin Arts and Culture à Budapest (Hongrie)
le phénix, scène nationale de Valenciennes (France)
Materiais Diversos à Minde (Portugal)

les partenaires associés

L’arsenic à Lausanne (Suisse)
MIR festival à Athènes (Grèce)

les co-productions

Le circuit européen de la co-production tend à se rétracter pour des raisons politiques ou économiques. Il est de plus en plus difficile de trouver les partenaires financiers et structurels d’un projet audacieux. Aussi, Open Latitudes s’engage en amont de la création, manière de soutenir les jeunes démarches et leur travail, de garantir la veille des émergences. La notion de co-production constitue ainsi la base commune de Open Latitudes.

L’ensemble des partenaires contribue financièrement à la création d’un fonds commun destiné à produire plusieurs créations, dont ils décident ensemble des attributions indépendamment de la part que chacun y aura mise. La dimension collective de ce fonds de coproduction, partagé entre tous les coorganisateurs et les partenaires associés, dépasse le cadre national de chacun des membres du réseau. C’est donc bien d’un apport en co-production fondamentalement européen que bénéficient les artistes soutenus : le cadre territorial, culturel et financier des production artistiques défendues ici s’affranchit des frontières nationales, pour s’inscrire dans celles de l’Union.

Un tel dispositif de collaboration, inédit, constitue une réelle innovation dans les liens qui se tissent entre opérateurs culturels. Et si la citoyenneté européenne existait également pour les œuvres artistiques ?

2015
Don’t Judge, Nic Lloyd (Suisse)
Transforming Me, Medie Megas (Grèce)
Washing machine, Achilleas Hariskos (Grèce)
Samedi Détente, Dorothée Munyaneza (France)
Notre danse, Mylène Benoît (France)
Satélites, Vítor Roriz et Sofia Dias (Portugal)
Functions, Effetto Larsen (Grèce)
A room and a view, Gáspár Téri (Hongrie)
This is musical, Karol Tymiński (Pologne)

2014
New creation, Lander Patrick and Volmir Caodeiro (Portugal)
Dragging the bone, Miet Warlop (Belgique)
Daisy, Stereo Act (Hongrie)
The Paradox of the future in the occidental paradigm, Fingersix (Grece)
My window, Garten (Italie)
New creation, Anna Godowska (Pologne)
Frou Frou, Marie – Caroline Hominal (Suisse)

2013
Méduses, Vincent Glowinski (Belgique)
Air, Vincent Dupont (France)
Bodies in the Cellar, Vincent Thomasset (France)
The Spy Or a Man Listened, Grzegorrz Laszuk and Michal Libera (Pologne)
There is an elephant in every room, Lazlo Fülöp (Hongrie)
Domino, Argyro Chioti/Vasistas (Grèce)

web tv

 

 

Avec le soutien du programme culture de l’Union Européenne

EU_flag_cult_FR-01

Erasmus +

851x315

Découvrez le programme

Entrée libre, inscription obligatoire


le projet

Aujourd’hui, de nombreux projets sont menés dans le secteur de la jeunesse, des dispositifs aident les jeunes à s’épanouir personnellement et visent à pallier les situations d’exclusion sociale. À ce titre, l’efficacité de la culture comme levier de développement local et humain n’est plus à démontrer. La reconnaissance de l’Agenda 21 et des droits culturels des individus le prouve.

Selon l’agenda 21, il est essentiel de « promouvoir les capacités d’expression en tant que dimension essentielle de la dignité humaine et de l’inclusion sociale. La lutte contre l’exclusion est la lutte pour la dignité de tous ».

Ainsi, il apparaît essentiel de construire des projets transversaux ou trans-sectoriels où le respect de la diversité culturelle est au centre des préoccupations comme le souligne l’UNESCO : « source d’échanges, d’innovation et de créativité, la diversité culturelle est, pour le genre humain, aussi nécessaire qu’est la biodiversité dans l’ordre du vivant ».

La transversalité est devenue un modèle des politiques publiques sur les territoires européens notamment par l’engagement de la Commission Européenne et le développement de fonds comme le programme Erasmus + permettant aux acteurs de développer une réflexion commune autour de partenariats stratégiques trans-sectoriels. De nombreux professionnels de champs d’activités différents travaillent donc ensemble mais comment collaborent-ils ? Comment arrivent-ils à s’entendre autour d’objectifs communs ?

C’est dans ce cadre que Latitudes Contemporaines, en collaboration avec l’ALEFPA, l’IRTS et ses partenaires anglais (Tyne and Wear Museum) et allemands (IMAL-International Munich Art Lab) a co construit durant toute l’année 2015 un cycle de séminaires de réflexion intitulé « Artistic Intervention – A research on sustainable concepts of social and Professional integration of youth with less opportunities ».

L’objectif est double : former les professionnels aux problématiques européennes de projets trans-sectoriels (secteur social / secteur culturel) et développer des méthodologies communes. Une manière de confronter les points de vue, les outils et les méthodes de travail propres à chaque pays.

L’année 2016 a donc donné lieu à une phase de capitalisation et de valorisation des résultats par le biais d’un ouvrage méthodologique trilingue, d’un documentaire ainsi qu’une webplateforme accessible sur cette page.

 

les partenaires

Tyne & Wear Archives & Museums (Twam) est un réseau régional majeur de 9 musées et galeries d’Arts géré par la Région Tyne and Wear et l’Université de Newcastle Angleterre, engagé auprès de publics défavorisés.
Newcastle – Angleterre

International Munich Art Lab (IMAL) offre une qualification professionnelle et des productions artistiques dans les domaines des arts visuels. Depuis 1996, les productions sont réalisées en dialogue avec les artistes. Les jeunes en insertion participent à tous les stades de la production.
Munich – Allemagne

ALEFPA Sherel accueille des jeunes de 16 à 21 ans avec des difficultés sociales, familiales et scolaires, confiés par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance, les services de la Protection Judiciaire de la jeunesse ou les juges des enfants. L’accompagnement éducatif, via les projets mêlant l’art et la culture, vise la création des conditions concrètes de l’autonomie à travers les actes de la vie quotidienne et l’enrichissement des parcours afin de s’insérer socialement et professionnellement.
Lille – France

Latitudes Contemporaines est une association qui a pour mission la conception et la réalisation d’un festival de la scène contemporaine sur la métropole lilloise et le développement d’un bureau de production. D’une manière générale, elle assure la promotion et le développement de la création contemporaine dans la région Hauts de France. De nombreuses actions culturelles et de médiation avec les publics en difficultés sociales sont menées tout au long de l’année.
Lille – France

IRTS Hauts-de-France est un institut d’enseignement supérieur et professionnel qui qualifie, promeut et accompagne tout au long de la vie, des intervenants sociaux du secteur social et médico-social. L’IRTS développe une pédagogie innovante et des projets de recherche action en lien avec les acteurs sociaux et universitaires ancrés sur le territoire régional.
IRTS – Site Grand Littoral Grande Synthe

N.O.W

New Open Working process for the performing arts

le projet

A partir d’un métier commun (l’accompagnement de la mise en œuvre d’un projet artistique et de sa réception auprès des publics), nous avons initié une recherche en situation d’expérimentation.
A travers le partage de leurs contextes spécifiques et des problématiques communes au secteur, les partenaires ont engagé une réflexion prospective et constructive quant à l’évolution de leurs pratiques.
Ce dispositif  d’expérimentations s’articule autour de 4 laboratoires qui structurent le projet et constitue un programme d’activité de 3 ans.

* LAB 1 – Renforcement des compétences

Formuler et partager des analyses et des besoins quant à l’évolution du contexte de travail, son impact sur la pratique artistique et son ancrage social.
Mettre en perspective la complémentarité entre les différents acteurs de l’accompagnement artistique autour d’une vision de l’art comme expérience.
Renforcer de nouveaux profils de compétences autour des parcours artistiques, aujourd’hui et pour les années à venir.

* LAB 2 – Un dispositif d’accompagnement en réseau

Repenser les parcours des artistes, au-delà des cadres et schémas nationaux
Expérimenter un accompagnement collégial et transnational adapté au contexte actuel
Accompagner le développement stratégique et les modèles économiques des projets, pour assurer une meilleure viabilité des parcours professionnels des artistes

* LAB 3 – la commande : un outil innovant de production?

Mettre en place un cadre de commande artistique
Impliquer le ou les commanditaires dans la continuité du processus,  sa  valorisation et ses interactions publiques
Proposer un cadre de travail permettant une inscription localisée de l’artiste, pouvant s’inscrire en réponse à un besoin ou une demande de la société civile

* LAB 4 – La restitution du processus créatif : des outils de médiation renouvelés :

Valoriser et relayer le temps de la création auprès des professionnels, des financeurs et des publics
Travailler sur des nouveaux outils permettant d’autres types de relais, de restitution et de valorisation de la création
Investir le champ de la médiation à travers la création d’espaces critiques

les partenaires

Extrapole – France
Fabbrica Europa – Italie
Indisciplinarte – Italie
Latitudes Contemporaines – France
Lókal – Islande
Mom / Elvivero – Espagne
Trafó – Hongrie
WP Zimmer – Belgique

les partenaires associés

Ann Olaerts – observateur critique – Belgique
Roger Christmann – coodinateur général – Allemagne
Laure Fernandez – NoTHx (jeune équipe THALIM-CNRS) -France
Valerie Pihet – documentation – Belgique/France
Carole Salis – CRS4 – Italie
SISMÓGRAF – festival – Espagne

N.O.W est soutenu par l’Union européenne dans le cadre du programme Creative Europe
Avec l’aide d’Arcadi Île-de-France / Fonds de soutien à l’initiative et à la recherche