Accueil Dominique Brun et François Chaignaud UN BOLERO

Dominique Brun et François Chaignaud
UN BOLERO

Dominique Brun et François Chaignaud

+ En savoir plus sur l'artiste

Partager

  • Spectacle vivant
  • 30min
  • maison Folie Wazemmes

UN BOLERO

Dans cette dernière création, Dominique Brun ravive le souvenir de Bronislava Nijinska, première et unique femme chorégraphe des Ballets russes, en éprouvant son actualité scénique. En complicité avec François Chaignaud, elle réinvente le Boléro et le confronte à d’autres mémoires, naviguant entre les cultures et les époques.

Le boléro est une danse qui apparaît en Espagne au 18e siècle, et devient Le Boléro en 1928. Ida Rubinstein, danseuse et égérie des Ballets Russes, en commande la partition à Ravel et la chorégraphie à Bronislava Nijinska. C’est avec la complicité de François Chaignaud que Dominique Brun re-questionne cette œuvre. Tou·te·s deux confrontent le Boléro à d’autres danses espagnoles, à la danseuse La Argentina, à la skirt dance du début du XXe siècle et au butô de Tatsumi Hijikata. Dans le flamenco comme dans le butô se rencontre le désir de questionner « la femme qui se lève en l’homme ». Vêtu d’une longue robe, le danseur alterne tournoiement, staccato du pied, ralenti des bras et du torse : son corps entre en résistance avec la martialité du rythme pour mieux déjouer l’autorité de la musique.

Biographie(s)

Dominique Brun
Interprète et chorégraphe, Dominique Brun est co-fondatrice de la compagnie La Salamandre (1980 à 1988) avec laquelle elle obtient le troisième prix au concours international de Bagnolet (1981) « Le Ballet pour demain », et également co-fondatrice du Quatuor Albrecht Knust (1994 à 2003) avec lequel elle recrée de danses du répertoire historique à partir de partitions établies en système Laban. Après la dissolution du Quatuor Albrecht Knust, Dominique Brun crée Siléo (2004) à partir d’un texte de Wajdi Mouawad et de danses de l’entre-deux guerres signées Valeska Gert, Kurt Jooss, Dore Hoyer, Doris Humphrey, Mary Wigman.
En 2007, Dominique Brun réalise un DVD pédagogique consacré à L’Après-midi d’un faune (1912) de Vaslav Nijinski. Sur l’invitation de Jan Kounen, elle recrée à partir d’archives de l’époque des extraits du Sacre du printemps de 1913 de Nijinski pour le film Coco Chanel & Igor Stravinsky (2010).
Soutenue par L’Association du 48 dirigée par le danseur et chorégraphe Sylvain Prunenec, elle prolonge ses recherches sur le « Sacre » par un diptyque : Sacre # 197 (2012) et Sacre # 2 (2014). Elle conclut ce cycle consacré à l’œuvre de Nijinski par la création de Jeux – Trois études pour sept petits paysages aveugles (2017). Vient ensuite Les Perles ne font pas le collier pièce qu’elle co-signe et danse avec Sylvain Prunenec (2018). Elle crée enfin Le Poids des choses & Pierre et le Loup, son premier spectacle à destination du jeune public (et tout public) à partir du système de l’Effort de Rudolf Laban (2019).
Parallèlement aux recherches qu’elle mène sur le mouvement, Dominique Brun développe un goût artistique privilégié pour les relations qui s’établissent entre musique et danse. En 2016, la rencontre avec l’orchestre Les Siècles sous la direction de François-Xavier Roth donne lieu au partage d’un même plateau, celui de la Philharmonie de Paris, autour d’un projet Hommage à Nijinski qui tourne jusqu’en Chine.
Dominique Brun s’attèle aujourd’hui à deux œuvres majeures de Bronislava Nijinska. La relecture qu’elle entreprend des Noces et du Bolero, l’amène à une interprétation tant chorégraphique, que dramaturgique et musicale, entre tradition et interprétation, entre traces écrites et inventions chorégraphiques, dans les métamorphoses de la musique et de la danse.

François Chaignaud
Né à Rennes, François Chaignaud étudie la danse depuis l’âge de 6 ans. Il est diplômé en 2003 du Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris et collabore ensuite auprès de plusieurs chorégraphes, notamment Boris Charmatz, Emmanuelle Huynh, Alain Buffard et Gilles Jobin. Depuis He’s One that Goes to Sea for Nothing but to Make him sick (2004) jusqu’à Dumi Moyi (2013), il crée des performances dans lesquelles s’articulent danses et chants, dans les lieux à la croisée de différentes inspirations.
Également historien, il a publié aux PUR L’Affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1898-1905). Cette curiosité historique le conduit à initier des collaborations diverses, notamment avec la légendaire drag queen Rumi Missabu des Cockettes, le plasticien Théo Mercier, le musicien Nosfell ou encore le vidéaste César Vayssié. En 2017 il collabore à de nombreux projets, notamment avec l’artiste Brice Dellsperger pour Body Double 35, ou la réouverture du cabaret Madame Arthur.
En 2017 François Chaignaud crée en collaboration avec l’artiste Nino Laisné Romances inciertos, un autre Orlando, spectacle autour des motifs de l’ambiguïté de genre dans le répertoire chorégraphique et vocal ibérique présenté lors de la 72ème édition du festival d’Avignon. En mai 2018 il crée également Soufflette une pièce pour le Ballet Carte Blanche (Norvège) en collaboration avec le couturier Romain Brau. En mai 2019 a eu lieu au Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles la première de Symphonia Harmoniæ Cælesitum Revelationum, une recherche sur le chant chrétien antique et autour du répertoire d’Hildegarde de Bingen en collaboration avec Marie-Pierre Brébant.
Pour ses futurs projets, François Chaignaud collaborera notamment avec Akaji Maro, Dominique Brun et l’orchestre Les Siècles et imagine une nouvelle coopération avec Geoffroy Jourdain et l’ensemble vocal Les Cris de Paris.
Sandrine Le Grand et Jérôme Granjon poursuivent une collaboration de longue date. Ils partagent une sensibilité musicale proche, un jeu fin et complice. Ensemble, ils ont joué à 4 mains, à 2 pianos et percussions (sonate de Bartók et des créations de Patrice Rault, Hector Parra…) et participé à des projets avec quatuor vocal et choeur. Ils se passionnent tous les deux pour l’univers sonore du pianoforte et se produisent tant sur piano moderne que sur instruments historiques.
Sandrine Le Grand : Formée par les pianistes Pierre Froment et Dominique Merlet, Sandrine Le Grand est diplômée du Conservatoire National de Musique et de Danse de Paris, où elle se voit décerner le 1er prix dans la discipline de l’accompagnement vocal. Elle y perfectionne sa formation et obtient le Diplôme de Formation Supérieure à l’unanimité à l’issue de son parcours dans la classe d’accompagnement instrumental de Jean Koerner.
Sandrine Le Grand donne régulièrement des récitals, abordant autant les répertoires classiques que contemporains. Elle se produit en tant que chambriste dans des formations diverses, avec les solistes de l’orchestre Philharmonique de Radio France, de l’Opéra de Paris, les membres de l’Orchestre de Paris, du quatuor Ludwig ou du quatuor Léonis.
Membre du Trio Mel Bonis, elle enregistre aux côtés du flûtiste Jean Michel Varache et du violoncelliste Manfred Stilz, faisant notamment redécouvrir l’oeuvre de Louise Farrenc. Elle forme par ailleurs un duo à quatre mains avec le pianiste Jérôme Granjon tant sur piano moderne que sur pianoforte, instrument lui révélant un nouvel éclairage sur le répertoire et la technique pianistique.
Elle a abordé le répertoire contemporain au travers des oeuvres solistes de Boulez, Ohana, Zimmermann… et a bénéficié pendant de nombreuses années des conseils du compositeur Emmanuel Nunes. Elle a participé à plusieurs créations mondiales avec le quatuor Aker (deux pianos et percussions).
Accordant depuis toujours une place importante à la pédagogie, elle est professeur dans un Conservatoire à Rayonnement Départemental en région parisienne.

Jérôme Granjon : 1er prix de piano et de musique de chambre du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Jérôme Granjon joue dans de nombreux pays d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud, avec des orchestres ou ensembles comme l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, l’Orchestre des Solistes de Moscou ou encore le Monteverdi Choir.
En soliste il enregistre plusieurs disques dont un album solo consacré à Debussy, Janáček, Scriabine et Schoenbergn. Aussi à l’aise en solo qu’en musique de chambre, il joue régulièrement avec la violoniste Saskia Lethiec avec laquelle il fonde le Trio Hoboken et se produit régulièrement en duo dans les grandes sonates françaises (Fauré, Franck, St Saens). Il fonde également avec l’organiste Emmanuel Pélaprat le duo Double expression avec lequel il explore le répertoire riche pour harmonium d’art et piano. Dans le domaine de la création il collabore avec des compositeurs comme Kryštof Mařatka, Olivier Kaspar et Philippe Raynaud dont il enregistre une monographie.
Dans une démarche d’approfondissement et de renouvellement de sa compréhension musicale, il s’intéresse aux instruments historiques et en particulier au pianoforte. Avec son pianoforte 5 octaves (copie Heilmann), il interprète des programmes allant des fils Bach jusqu’à Beethoven, en solo et musique de chambre.
Très investi dans le domaine pédagogique, Jérôme Granjon est professeur de piano au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris et au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Il assiste Maria João Pires à la direction artistique du Centre Belgais d’Etude des Arts (Portugal) de 2000 à 2004 et anime des masterclass, en France et à l’étranger.

Crédits & remerciements

Distribution : 

Chorégraphie : Dominique Brun et François Chaignaud

Assistante auprès de : Dominique Brun Judith Gars 

Recherches historiques : Dominique Brun et Sophie Jacotot 

Photographies des archives : Ivan Chaumeille 

Interprétation de la danse : François Chaignaud 

Musique : Maurice Ravel (version pour piano à quatre mains) 

Interprétation de la musique : Sandrine Le Grand et Jérôme Granjon (piano) 

Costume : Romain Brau 

Scénographie : Odile Blanchard

Réalisation : Atelier Devineau

Lumières : Philippe Gladieux

Direction technique : Christophe Poux

Production : Les porteurs d’ombre L’association Les porteurs d’ombre est soutenue par Le Ministère de la Culture / Drac Ile-de-France au titre de la compagnie conventionnée et par la Région Île-de-France au titre de l’Aide à la création et de la permanence artistique et culturelle

Coproduction : Association du 48 | Le Volcan, Scène Nationale du Havre | Chaillot – Théâtre national de la Danse | Les 2 Scènes – Scène nationale de Besançon | Théâtre du Beauvaisis – Scène nationale| Le Quartz – Scène nationale de Brest | Théâtre Louis Aragon, Scène conventionnée d’intérêt national Art et Création – Danse de Tremblay-en-France | Ménagerie de Verre (Paris) | CCN Ballet de Lorraine | La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne | Le Grand R – Scène nationale La Roche sur Yon | Cité musicale-Metz | CCNN dans le cadre de Danse en Grande Forme | Les Quinconces-L’Espal Scène nationale du Mans | Théâtre de Suresnes Jean Vilar

Avec le soutien du : Fonds de dotation du Quartz (Brest)

Téléchargez le programme de salle